Vidéo

Combien coûte un vidéaste professionnel ?

Lorsque l’on travaille à son compte, une question importante revient à chaque préparation d’un nouveau devis : mes tarifs sont-ils cohérents avec mon expérience, le matériel que j’utilise, le domaine dans lequel je propose mes services ou encore par rapport à la concurrence ?

Cet article est le fruit d’un sondage réalisé auprès de la communauté d’Olivier Schmitt, photographe et réalisateur indépendant.

Comme indiqué dans le panneau d’avertissement ci-dessous, il ne s’agit pas ici de déterminer le tarif auquel vous devez vous vendre, mais de vous donner des repères et des éléments statistiques de comparaison pour vous permettre de mieux appréhender la question.

Lorsque l’on aborde ce sujet délicat de l’argent et de la facturation, il faut toujours garder en tête qu’il n’y a pas de vérité car énormément de paramètres entrent en compte (situation personnelle, statut juridique, charges, localisation, positionnement,…). Vous retrouverez en fin d’article quelques précieux conseils parfois opposés de vidéastes professionnels. A vous de piocher ceux qui vous semblent les plus cohérents avec votre propre situation.

AVERTISSEMENT

Merci de tenir compte des précisions ci-dessous.

L’ensemble des statistiques ci-dessous sont basées sur un sondage réalisé auprès d’un nombre restreint de professionnels (environ 500 à ce jour) tous liés à une seule et même communauté. Ainsi, les spécificités de cette communauté peuvent altérer l’objectivité et la représentativité des données.

Les statistiques ci-dessous peuvent constituer un élément de comparaison à titre d’information et d’aide, mais n’a pas comme ambition de définir une quelconque norme ou ligne directrice dans l’élaboration de vos tarifs.

VOTRE PARTICIPATION COMPTE !

Nous avons besoin de vous pour affiner nos statistiques.

Nous avons besoin de votre participation afin d’affiner la pertinence des données ci-dessous. Si vous êtes vidéaste professionnel uniquement, nous vous invitons à remplir le formulaire ci-dessous.

Généralités

Cette première section à pour but de dresser le portrait des participants au sondage.

Statut juridique

  • Auto-entrepreuneur
  • SA/SAS/SASU/SARL
  • EI/EIRL/EU/EURL
  • Intermittent
  • Artiste-Auteur
  • Artisan
  • Autre

Une très grande majorité des vidéastes participants au sondage sont auto-entrepreneurs. Un statut visiblement très apprécié et surtout parfaitement adapté pour lancer son activité. Il semble par ailleurs que ce statut soit préservé par une grande partie d’entre eux même après plusieurs années d’expérience.

Nombre de clients annuels (en 2019)

  • Moins de 10
  • Entre 10 et 20
  • Entre 20 et 30
  • Plus de 30
  • Ne se prononce pas

Près de 60% des vidéastes interrogés déclarent avoir moins de 10 clients par an, ce qui semble vraiment très peu pour pouvoir espérer vivre de son activité. Cela s’explique peut-être par le fait que plus de 50% d’entre eux ont moins de 3 ans d’expérience (voir ci-dessous) et que trouver et surtout fidéliser des clients demande souvent plusieurs années.

Âge

  • Moins de 18 ans
  • 18 à 25 ans
  • 25 à 30 ans
  • 30 à 40 ans
  • 40 à 50 ans
  • Plus de 50 ans

Etant donné que ce sondage a été effectué par le biais de réseaux sociaux, il semble plutôt normal que les plus de 40 ans soient très peu représentés. Mais cela ne reflète surement pas la réalité du terrain même si nous savons que de plus en plus de jeunes se lancent dans ce métier.

Années d'expérience

  • Moins de 1 an
  • De 1 à 3 ans
  • De 3 à 5 ans
  • De 5 à 10 ans
  • De 10 à 20 ans
  • Plus de 20 ans

Plus d’un tiers des participants (tous statuts confondus) déclarent avoir entre une et trois années d’expérience dans le domaine. Parmi eux, deux profils sont identifiables : les profils plutôt jeunes en début d’activité et les profils plus âgés en reconversion professionnelle.

Différents taux selon le type de prestation

  • Oui
  • Non

Ce sondage ne nous précise pas les différents types de prestations et les taux correspondants mais il est intéressant de souligner qu’une très large majorité fonctionne avec différents taux. Le sondage ci-contre nous indique cependant que seulement 49% prennent la peine de détailler ces taux sur leurs devis.

Devis avec détail des taux par type de prestation

  • Oui
  • Non

Comme indiqué ci-contre, un vidéaste sur deux détaille ses taux sur ses devis. Ce choix est à double tranchant : soit cela permet au client de mieux comprendre ce qu’il va payer, soit c’est l’effet inverse qui se produit et cela risque d’embrouiller sa compréhension.

Chiffre d'affaire annuel (en 2019)

  • Moins de 10k€
  • Entre 10k€ et 25k€
  • Entre 25k€ et 50k€
  • Entre 50k€ et 100k€
  • Plus de 100k€
  • Ne se prononce pas

Même si ce sondage est à prendre avec des pincettes, il est intéressant de constater que la moitié des vidéastes qui ont répondu au sondage déclarent facturer moins de 10k€ à l’année. Ce qui semble insuffisant pour vivre uniquement de cette activité. En effet à peine plus de 20% des vidéastes sondés déclarent facturer plus de 25k€ à l’année. Ce chiffre d’affaire étant le minimum à atteindre pour espérer pouvoir vivre à 100% de son activité.

Chiffre d'affaire VS Expérience

  • Moins de 10k€
  • De 10k€ à 25k€
  • De 25k€ à 50k€
  • De 50k€ à 100k€
  • Plus de 100k€

Sans grande surprise la quasi totalité des des vidéastes qui ont moins d’une année d’expérience déclarent facturer moins de 10k€ à l’année. Ce qui est plus surprenant et intéressant à relever est que cette tendance reste valable entre 1 et 3 ans d’expérience avec toujours 70% en deçà de 10k€ de CA annuel. Visiblement seulement 10% des vidéastes qui ont entre 1 et 3 ans d’expérience peuvent vivre de leur activité à 100% avec au moins 25k€ de CA par an.

Détail des taux

Il est temps maintenant de découvrir les différents taux pratiqués.

NOTION IMPORTANTE

Est entendu comme « journée » une journée de travail du point de vue du prestataire et non pas de celui du client. Par exemple, une journée de mariage facturée 2000€ représente une journée du point de vue du client alors qu’elle en représente surement bien 4 pour le prestataire (pré-production, production, post-production). Ainsi le taux journalier correspondant est de 2000/4 = 500€/jour et non pas 2000€/jour.

AE : Taux horaire VS Expérience

  • Moyenne
  • Mediane
  • M. basse
  • M. haute

Le taux horaire moyen pratiqué par un vidéaste auto-entrepreneur croît avec l’expérience de celui-ci. On notera qu’à ce stade du sondage, le taux moyen pratiqué par la tranche « 3 à 5 ans » d’expérience est plus élevé que pour la tranche « 5 à 10 ans » d’expérience. Il en est de même pour le taux journalier des « 5 à 10 ans » vs « Plus de 10 ans » (ci-dessous).

Taux horaire VS Expérience VS Statut

  • Moyenne AE
  • Mediane AE
  • Moyenne SA / EI
  • Mediane SA / EI

Il est intéressant de comparer les taux pratiqués selon le statut juridique. Un auto-entrepreneur a l’avantage d’avoir des charges moins élevées et peut donc pratiquer des tarifs plus attractifs. Cependant il est important de garder en tête que le statut d’AE peut faire fuir certains types de clients et il est aussi évident que ce statut n’est pas le plus sécurisant financièrement parlant ni en terme de projets personnels.

AE : Taux journalier VS Expérience

  • Moyenne
  • Médiane
  • M. basse
  • M. haute

Sans grande surprise ici aussi, le taux journalier d’un auto-entrepreneur croît avec son expérience pour arriver à un plafond moyen d’environ 430€/j. Dans certains domaines comme le clip ou encore la vidéo « corporate », il n’est pas rare de trouver des tarifs plus élevés allant jusqu’à parfois 700 à 1000€/j. A ce stade du sondage il apparaît que les vidéastes qui ont plus de 10 ans d’expérience facturent (en moyenne) leur journée légèrement moins chère que ceux qui ont moins d’expérience. Une tendance qui devrait logiquement s’annuler dans les années à venir.

Taux journalier VS Expérience VS Statut

  • Moyenne AE
  • Médiane AE
  • Moyenne SA / EI
  • Mediane SA / EI

Ce graphique illustre parfaitement la limitation du statut d’auto-entrepreneur à long terme. En effet, le plafond annuel ne permet pas de développer indéfiniment son chiffre d’affaire là où les sociétés type SA ou EI peuvent se permettre de pratiquer des tarifs journaliers bien plus élevés afin de compenser leurs charges plus importantes et d’investir davantage dans leur entreprise.

AE : Taux journalier VS Domaine

  • Moyenne
  • Mediane

Il semblerait que les domaines les plus rémunérateurs pour un auto-entrepreneur soient principalement des prestations opérées auprès de professionnels (B to B). En effet, à l’exception du mariage, les prestations auprès de particuliers (B to C) ne permettent pas une facturation trop élevée de son temps de travail.

Taux journalier VS Domaine VS Statut

  • Moyenne AE
  • Moyenne SA / EI

Il est ici extrêmement intéressant de constater qu’en moyenne, une société de type SA ou EI, facture 30% de plus qu’un auto-entrepreneur pour le même type de client. Ceci s’explique tout naturellement par des charges plus élevées. L’auto-entrepreneur a donc de forts arguments financiers auprès des particuliers d’une part, mais aussi auprès de certaines sociétés en confiance vis-à-vis de ce statut.

Taux journalier VS Âge

  • Moyenne
  • Mediane

Tous statuts confondus, l’âge du prestataire a également son impact sur le tarif pratiqué par celui-ci même si cela n’est pas toujours lié à des années d’expérience dans le domaine. Une légère stagnation semble se créer entre 25 et 40 ans. L’arrivée progressive de la retraire serait-elle un élément déclencheur de la révision de ses tarifs pour certains ?

Taux journalier VS Âge VS Expérience

  • Moins de 1 an
  • 1 à 3 ans
  • 3 à 5 ans
  • 5 à 10 ans
  • Plus de 10 ans

Sans aucun doute le graphique le moins fiable de ce sondage au vue des résultats obtenus. Nous espérons obtenir davantage de réponses au sondage afin d’affiner ces résultats quelque peu surprenants. Une autre interprétation possible serait de dire que ces résultats représentent parfaitement à quel point chacun est libre de définir ses propres tarifs. Peu importe les âges, certains facturent plus chers que d’autres alors qu’ils ont moins d’expérience. mais l’expérience est-elle liée à la qualité ? Vous avez 2 heures.

Valeur du matériel utilisé

  • Moins de 5k€
  • Entre 5k€ et 10k€
  • Entre 10k€ et 20k€
  • Entre 20k€ et 30k€
  • Plus de 30k€

Les 3/4 des vidéastes sondés utilisent pour leur prestation du matériel coûtant moins de 10k€. Ce sont en très grande majorité des auto-entrepreneurs qui utilisent moins de 5k€ cependant ils sont aussi nombreux à utiliser du matériel plus coûteux. Parfois même plus de 30k€ de matériel. Sur le graphique ci-contre, il est aussi intéressant de voir à quel point la valeur du matériel utilisé influence le taux journalier des vidéastes.

Taux journalier VS Valeur du matériel utilisé

  • Moyenne
  • Mediane

Si le matériel ne fait pas toujours la qualité, ce graphique nous montre tout de même à quel point il est important de prendre en compte la valeur de son matériel dans l’élaboration de ses tarifs. En effet, n’oubliez jamais qu’il est essentiel d’amortir vos achats et de valoriser la qualité et les atouts de ces derniers. Nous pouvons constaté ici le très grand écart des prix pratiqués en fonction de la valeur du matériel utilisé.

Taux journalier VS Localisation

  • Moyenne AE
  • Mediane AE
  • Moyenne globale
  • Mediane globale
  • Moyenne SA / EI
  • Mediane SA / EI

Sans grande surprise, un vidéaste localisé en Ile de France coûte en moyenne plus cher qu’un vidéaste localisé dans le reste de la France. Nous pouvons  en toute logique imaginer qu’il existe ce même type d’écart pour les autres grandes villes de France.

Concurrence selon le domaine d'activité

Corporate & Industrie 72%
Evénementiel 68%
Clip de musique 44%
Tourisme & Voyage 37%
Mariage 37%
Hôtellerie & Restauration 31%
Sport 31%
Famille / Couple / Bébé 27%
Lifestyle 26%
Reportage & Journalisme 25%
Mode 19%
Design d'intérieur/extérieur 15%
Autres 12%

Théoriquement ce sondage devrait être assez représentatif de la réalité du marché. En effet, la communauté de vidéastes sondée ne semble pas avoir de prédilection particulière et le fait que plus de 70% des participants proposent leur service à des sociétés semble logique. Néanmoins, comme à chaque fois, nous vous invitons à prendre ces chiffres avec des pincettes et à ne pas tirer de conclusions hâtives et maladroites.

Conclusion

Ce sondage nous montre que devenir vidéaste indépendant et en vivre est un processus long mais pas impossible du tout. Avant même de commencer à définir ses tarifs, le plus important reste de se protéger financièrement et donc de procéder par étape, à son propre rythme. Lorsque l’on débute, l’auto-entreprise reste un statut incontournable mais il faut garder en tête les limitations d’évolution de celui-ci (limite de CA) ainsi que la précarité en terme de sécurité sociale qui va avec. N’oubliez pas qu’au-delà des statistiques, le plus important reste d’être serein, en phase avec ses convictions, ses besoins et ses envies. Etre entrepreneur c’est avant tout vivre de sa passion, travailler pour soi et s’épanouir au quotidien dans son métier.

VOTRE PARTICIPATION COMPTE !

Nous avons besoin de vous pour affiner nos statistiques.

Nous avons besoin de votre participation afin d’affiner la pertinence des données ci-dessous. Si vous êtes vidéaste professionnel uniquement, nous vous invitons à remplir le formulaire ci-dessous.

Les conseils de vidéastes professionnels

Les conseils d'Olivier Schmitt

Les conseils de Guillaume Desjardins

Les conseils de Charles Schiele

Les conseils de François Lamoureux

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager !